Search

Portail fransaskois - la communauté en ligne

20 septembre 2018

Accueil - ACF

Depuis plus de 100 ans l’Assemblée communautaire fransaskoise est l’organisme porte-parole de la francophonie en Saskatchewan. Son rôle est d’assurer le développement de la communauté fransaskoise et d’en défendre les intérêts.

Actualité ACF

Ronald Labrecque nommé Directeur général de l'ACF

0 2

Ronald Labrecque nommé Directeur général de l'ACF

Les membres de l’Assemblée des député.e.s communautaires (ADC) annonce la nomination de Ronald Labrecque au poste de directeur général de l’Assemblée communautaire fransaskoise (ACF). Les élu.e.s ont pris cette décision lors d'une réunion spéciale hier en
12345678910Dernière

Actualité FCFA

Nouveau Plan d’action pour les langues officielles : le gouvernement a compris l’importance d’investir directement dans les communautés

0 7

Nouveau Plan d’action pour les langues officielles : le gouvernement a compris l’importance d’investir directement dans les communautés

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada accueille positivement le Plan d’action pour les langues officielles 2018-2023, dévoilé aujourd’hui par le Premier ministre Justin Trudeau et la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly. Le lancement faisait suite à une rencontre, ce matin, du Premier ministre avec le président de la FCFA et d’autres représentants des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

Mémoire de la FCFA sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles

0 69

Mémoire de la FCFA sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles

La FCFA a présenté aujourd’hui au Comité sénatorial permanent des langues officielles son mémoire sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles. Ce mémoire pose un regard lucide sur un demi-siècle de problèmes structurels endémiques que seule une modernisation de fond en comble peut régler.

La FCFA propose quatre grandes modifications de fond à la Loi sur les langues officielles, soit :

  • Que la présidente ou le président du Conseil du Trésor soit chargé de la responsabilité de mettre en œuvre la Loi sur les langues officielles, appuyé par un rôle de leadership politique accru en matière de langues officielles de la part du Bureau du Conseil privé ;
  • L’inclusion d’un droit des communautés de langues officielles en situation minoritaire de participer à la mise en œuvre de la Loi, notamment par la création d’un Conseil consultatif formel ;
  • Le développement de mécanismes de surveillance et d’imputabilité plus contraignants, notamment la création d’un tribunal administratif chargé d’entendre les doléances concernant la mise en œuvre de la Loi ;
  • La refonte des droits que confère la Loi, des obligations qu’elle impose et des principes qui l’inspirent, notamment pour enchâsser le bilinguisme comme critère obligatoire pour les juges à la Cour suprême.

Cliquez ici pour lire le mémoire de la FCFA

Cet article Mémoire de la FCFA sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles est apparu en premier sur Fédération des communautés Francophones et Acadiennes du Canada.

La FCFA présente sa position sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles

0 7

La FCFA présente sa position sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles

Click here to read this media release in English

 

Si la Loi sur les langues officielles n’est toujours pas respectée, c’est parce qu’elle souffre depuis un demi-siècle de problèmes structurels endémiques que seule une modernisation de fond en comble peut régler. C’est ce qu’a soutenu ce soir la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada, lors d’une comparution au Comité sénatorial permanent des langues officielles.

La FCFA publie aujourd’hui un mémoire étoffé qui présente un diagnostic lucide des failles de la Loi sur les langues officielles et présente des pistes concrètes pour une loi moderne, performante, cohérente et visionnaire.

« Cela fait des décennies que les rapports des commissaires aux langues officielles présentent les mêmes constats, que les organismes des communautés parlent année après année d’érosion et de plafonnement. À un moment donné, il faut se rendre à l’évidence : c’est la Loi elle-même, dans sa forme actuelle, qui est le principal obstacle à son plein respect », déclare le président de la FCFA, Jean Johnson.

La FCFA propose quatre grandes modifications de fond, soit :

  • Que la présidente ou le président du Conseil du Trésor soit chargé de la responsabilité de mettre en œuvre la Loi sur les langues officielles, appuyé par un rôle de leadership politique accru en matière de langues officielles de la part du Bureau du Conseil privé ;
  • L’inclusion d’un droit des communautés de langues officielles en situation minoritaire de participer à la mise en œuvre de la Loi, notamment par la création d’un Conseil consultatif formel ;
  • Le développement de mécanismes de surveillance et d’imputabilité plus contraignants, notamment la création d’un tribunal administratif chargé d’entendre les doléances concernant la mise en œuvre de la Loi ;
  • La refonte des droits que confère la Loi, des obligations qu’elle impose et des principes qui l’inspirent, notamment pour enchâsser le bilinguisme comme critère obligatoire pour les juges à la Cour suprême.

« Le mémoire que la FCFA présente aujourd’hui, c’est une intervention dans une conversation qui prend de l’ampleur au fur et à mesure qu’on se rapproche du 50e anniversaire de la Loi sur les langues officielles de 1969. De plus en plus de gens réalisent qu’il faut poser un geste audacieux et visionnaire pour donner un véritable nouvel élan à la dualité linguistique canadienne. Nous sommes rendus là », souligne M. Johnson.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole de neuf provinces et des trois territoires, ainsi que six organismes nationaux. Elle a pour rôle de défendre et de promouvoir les droits et les intérêts des francophones à l’extérieur du Québec.

Cet article La FCFA présente sa position sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles est apparu en premier sur Fédération des communautés Francophones et Acadiennes du Canada.

Premier Symposium sur l’immigration francophone : les gouvernements et les communautés ensemble à la même table pour identifier des pistes d’action concrètes

0 9

Premier Symposium sur l’immigration francophone : les gouvernements et les communautés ensemble à la même table pour identifier des pistes d’action concrètes

La Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada sort optimiste du premier Symposium sur l’immigration francophone, qui a réuni des représentants et représentantes des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ainsi que des organismes et intervenants francophones aujourd’hui à Calgary.

La FCFA se réjouit, notamment, qu’il y ait eu consensus sur l’importance de miser sur des initiatives, des politiques et des programmes adaptés aux réalités des minorités de langue française, ainsi que sur des services d’accueil et d’établissement développés par et pour les francophones.

« Quand une immigrante ou un immigrant francophone reçoit des services d’accueil et d’établissement développés par les francophones, il y a plus de chance qu’il développe des liens avec la communauté, qu’il s’y intègre et qu’il y reste. En travaillant avec l’idée du par et pour comme fondement, on se donne des bases de collaboration très encourageantes pour réussir l’immigration francophone », explique le président de la FCFA, Jean Johnson.

Le Symposium avait lieu dans la foulée de l’adoption plus tôt ce mois-ci, par les ministres des provinces et des territoires, d’un plan d’action en matière d’immigration francophone. L’objectif de l’événement d’aujourd’hui était d’établir une nouvelle base de collaboration en identifiant des pistes d’action concrètes, notamment en matière de promotion des communautés auprès des immigrants et immigrantes, d’accès de ces derniers à l’emploi, et de développement des services d’accueil et d’établissement.

Au terme du Symposium, la FCFA a émis trois recommandations pour la suite des choses :

·         L’élargissement du Comité directeur Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada – communautés francophones en situation minoritaire (IRCC-CFSM) pour qu’il assume le suivi aux discussions au Symposium ;

·         La création de mécanismes de concertation et de consultation gouvernement-communauté dans chaque province et chaque territoire ;

·         La tenue d’un deuxième symposium dans un ou deux ans pour faire un bilan des progrès accomplis.

« Les pistes et les idées qui sont sorties aujourd’hui sont nombreuses et intéressantes, mais il faut les mettre en action maintenant », dit M. Johnson.

Le symposium avait lieu le lendemain de la 12e Journée de réflexion sur l’immigration francophone, organisée par la FCFA. Au cours de cet événement, qui se déroulait aussi à Calgary, plus de 150 intervenants communautaires, chercheurs et représentants gouvernementaux ont discuté des enjeux entourant l’intégration des immigrants et leur pleine participation à la vie communautaire et citoyenne.

La FCFA du Canada est un organisme national qui regroupe les associations francophones porte-parole d e neuf

Allocution du président de la FCFA, Jean Johnson à l’ouverture de la 12e Journée de réflexion sur l’immigration francophone

0 20

Allocution du président de la FCFA, Jean Johnson à l’ouverture de la 12e Journée de réflexion sur l’immigration francophone

Monsieur le président de l’ACFA,

Représentants et représentantes des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux,

Distingués invités, amis de la francophonie,

Le privilège de vous accueillir et de vous souhaiter officiellement la bienvenue en Alberta revient à mon collègue Marc Arnal, qui vous adressera la parole dans quelques minutes. Mais je tiens à vous dire que c’est une immense fierté pour moi, comme Franco-Albertain, de nous voir tous et toutes réunis ici à Calgary pour la 12e Journée de réflexion sur l’immigration francophone.

Depuis que la FCFA assume la coordination de la Journée, nous avons cherché à amener cet événement dans différentes régions du pays. En 2016, nous étions à Toronto, où on trouve une francophonie métropolitaine, diversifiée, où les immigrants et les immigrantes sont bien actifs au sein d’une variété d’organismes et d’institutions de langue française.

En 2017, nous étions à Moncton, où nous avons parlé du projet-pilote en matière d’immigration en Atlantique, et des initiatives pour l’accueil des réfugiés syriens. Nous avons réitéré l’importance des services d’établissement de langue française, par et pour nos communautés. Cette question du par et pour a trouvé son écho le lendemain dans la déclaration du premier Forum ministériel sur l’immigration francophone.

Nous voici maintenant à Calgary, dans une ville où la croissance de la francophonie et de l’immigration est plus récente, mais musclée. Cette croissance nous interpelle parce que nous ne voulons pas seulement attirer et recruter des immigrants et des immigrantes francophones. Pour reprendre l’expression de Rodrigue Landry, nous voulons faire communauté avec eux. Je vais y revenir dans quelques minutes.

Auparavant, je veux dire qu’à la FCFA, nous trouvons important que la Journée se déplace d’une année à l’autre parce que les réalités et les besoins de nos communautés, et des immigrants qui choisissent de s’y installer, sont différentes d’une région à l’autre. Je parlais de l’importance du par et pour, et c’est un argument de poids en ce sens.

Nous avons fait d’énormes avancées à ce niveau, et il faut qu’on en parle parce que ce sont des histoires à succès. Je m’en voudrais de ne pas saluer la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador, qui a célébré la semaine dernière l’ouverture de COMPAS, le tout premier service d’établissement direct pour les immigrants francophones dans la province. Je vous dis bravo.

Peu à peu, nous avançons, et quand nous regardons où nous sommes maintenant comparativement à il y a 10 ans, nous voyons tout ce que nous avons réussi à faire. La Semaine nationale de l’immigration francophone, ça n’existait pas il y a dix ans. Plusieurs services d’établissement francophones se sont créés dans la dernière décennie. Et nous, les communautés, avons acquis une expertise significative en immigration et en diversité.

Et pour moi, la plus grosse réussite, c’est que nous sommes tous et toutes embarqués dans ce projet de société. Vous êtes ici aujourd’hui parce que vous y croyez, à l’immigration francophone. Les communautés y croient. Les chercheurs y croient.

Les gouvernements y croient, et je salue tous ceux et toutes celles qui sont i

12345678
L'hebdo fransaskois L'Eau vive - Saskatchewan's French Weekly

Actualité communautaire

12345678910Dernière

L'ACF sur Facebook

L'ACF sur Twitter


Copyright 2018 Portail fransaskois Conditions d'utilisation Déclaration de confidentialité
Back To Top